bouture

bouture

bouture [ butyr ] n. f.
• 1446 « pousse »; de bouter
Fragment de végétal susceptible de régénérer une plante entière par reconstitution des organes manquants. Faire des boutures de géranium. bouturer. La bouture a pris.

bouture nom féminin (de bouter) Fragment de végétal que l'on détache de la plante mère et que l'on place dans un milieu où il prend racine et se développe en une plante complète. (La bouture la plus commune est la bouture par rameau mais on utilise aussi les boutures par feuilles [bégonia], racine ou bourgeon.)

bouture
n. f. Jeune pousse d'un végétal (autre que celles ayant naturellement un rôle dans la multiplication végétative: tubercules, bulbilles, etc.) qui, séparée de la plante originelle et mise en terre, régénère les organes manquants pour donner un végétal entier.

⇒BOUTURE, subst. fém.
HORTIC. Partie d'un végétal : branche, tige ou feuille que l'on plante en terre pour lui faire prendre racine. Faire des boutures (Ac. 1835-1932).
P. anal. :
1. Toutes ces expériences établissent que les hydres possèdent en commun avec les végétaux le pouvoir de bourgeonner, de se reproduire par bouture; ...
E. PERRIER, La Philos. zool. avant Darwin, 1884, p. 217.
Drageon qui pousse au pied d'un arbre :
2. Le chèvrefeuille des bois (...) se multiplie bien plus facilement (...) de marcottes, de drageons et de boutures que de semences.
J.-J. BAUDRILLART, Nouv. manuel forestier, trad. de Burgsdorf, 1808, p. 317.
P. compar. :
3. D'après cette conjecture, les journaux seraient [à Rome] comme une bouture sortie du vieux tronc pontifical.
SAINTE-BEUVE, Portraits contemp., t. 3, 1846-69, p. 456.
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. 1. 1446 « ce qui pousse, plante » (DELB. Rec. d'apr. DG); 2. 1583 « branche d'un arbre qu'on sépare de sa tige et que l'on plante en terre » (Ch. ESTIENNE, J. LIÉBAULT, L'Agric. et Maison rustique, Paris, p. 90b); 3. 1611 « drageon au pied d'un arbre » (COTGR.). Dér. de bouter étymol. 1 e; suff. -ure. Fréq. abs. littér. :51.

bouture [butyʀ] n. f.
ÉTYM. 1583; « pousse », 1446; de bouter.
Fragment (pousse, etc.) prélevé sur une plante qui, plantée en terre, prend racine et forme un nouvel individu. || Boutures, greffes et marcottes. || La reproduction par bouture ou bouturage. || Faire des boutures. Bouturer; ébouturer. || Bouture qui prend racine. Prendre, raciner. || Rameau, feuille, bourgeon servant de bouture. Crossette, plançon. || Bouture de l'année. Mailleton.
1 Le bouturage est moins émouvant que le greffage et ne comporte pas de magie. N'empêche que je ne me blasai jamais, dans mes jardins, sur le moment où la bouture qui a perdu connaissance et semble succomber à son sectionnement brutal, décide de vivre, rouvre ses verts canaux à l'ascension de la sève, et se redresse par imperceptibles saccades…
Colette, Gigi, « Flore et Pomone », p. 175.
Par métaphore :
2 Le propre de la superstition, c'est qu'elle reprend de bouture. L'idolâtrie engendre l'idolâtrie; un fétiche se greffe sur l'autre.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, IV, 3.
DÉR. Bouturer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bouture — BOUTURE. s. f. Branche coupée d un arbre, et qui étant plantée en terre, y prend racine. Il y a des arbres qui viennent de bouture, comme le saule, l osier, etc …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bouture — Bouture. s. f. Branche qu on plante en terre, afin qu elle prenne racine. Il y a des arbres, des plantes qui viennent de bouture …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bouture — Bouturage Bouturage d un Kalanchoë pinnata (Lamarck) Persoon Le bouturage est un mode de multiplication végétative de certaines plantes consistant à donner naissance à un nouvel individu (individu enfant du plant mère) à partir d un organe ou d… …   Wikipédia en Français

  • BOUTURE — s. f. Branche coupée à un arbre, à un arbuste, et qui, étant plantée en terre, y prend racine. Il y a des arbres qui viennent de bouture, comme le saule, l osier, etc. Faire des boutures. Arbre venu de bouture …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BOUTURE — n. f. Branche d’un arbre ou d’une plante vivace que l’on sépare de la tige et qui, étant plantée en terre, y prend racine. Il y a des arbres qui viennent de bouture, comme le saule, l’osier, etc. Faire des boutures. Prendre une bouture …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bouture — (bou tu r ) s. f. 1°   Branche qui, coupée à un arbre, et plantée en terre, prend racine.    Drageon qui pousse au pied d un arbre. 2°   Eau dont les orfévres se servaient pour blanchir leur ouvrage. 3°   S. f. plur. En termes de chasse,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bouture — nf. botura (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • uture — bouture couture future mouture pouture suture …   Dictionnaire des rimes

  • Bouturage — d un Kalanchoë pinnata (Lamarck) Persoon Le bouturage est un mode de multiplication végétative de certaines plantes consistant à donner naissance à un nouvel individu (individu enfant du plant mère) à partir d un organe ou d un fragment d organe… …   Wikipédia en Français

  • tailler — [ taje ] v. <conjug. : 1> • talier Xe; du lat. pop. taliare, de talea « bouture, scion » I ♦ V. tr. 1 ♦ (1080) Vx Trancher, couper net. Fig. Tailler des croupières à qqn. ♢ Frapper avec une arme tranchante. Par ext. Mod. Tailler une armée… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”